Jean Laborde, l’universel industriel

Jean Laborde

Jean Laborde naquit à Auch en 1804. A 24 ans, il quitte pays et famille et s’embarque pour les Indes où il gagna beaucoup d’argent. Lors d’un voyage, il fit naufrage sur la côte Est de la Grande Ile, et perdit tous ses biens. Jean Laborde (1804 – 1878).

Recueilli par le colon Napoléon de Lastelle, le jeune homme fut rapidement remarqué par la reine Ranavalona 1ère à la recherche d’un homme capable de fabriquer poudre et fusils.

Après avoir démarré ses activités à Ilafy, Jean Laborde installa ses ateliers à Mantasoa en raison de l’abondance de l’eau, du fer et du bois indispensables au développement de l’entreprise. En 1837, il créa une véritable cité industrielle en utilisant l’énergie hydraulique assurée par le lac de Mantasoa et le canal. Il construit usine, maisons, un parc zoologique, une piscine pour la Reine, ainsi qu’une cité moderne destinée à accueillir 1500 ouvriers.

Oeuvre de Jean LabordeCet ensemble fut baptisé Soatsimanampiovana qui signifie la beauté immuable en malgache. Jean Laborde construit une route permettant de relier Mantasoa et Antananarivo pour pouvoir acheminer sa production : arme, poudre, paratonnerres, briques, tuiles, savons, acides, verres, peintures, assiettes, faïences, poteries, etc.

Non loin de Mantasoa, à Lohasaha, il entreprit la culture de la canne à sucre et créa une usine sucrière et une rhumerie. Il importa de divers pays du monde boeufs, moutons, vers à soie et arbres fruitiers.

A la demande de la Reine, il bâtit le somptueux palais royal d’Antananarivo : Manjakamiadana et édifia le tombeau des Premiers Ministres. La reine récompensa Jean Laborde en le nommant au rang le plus élevé parmi les dignitaires du royaume : seize honneurs.

Quelques années plus tard, échappant à un complot, la reine chassa tous les européens de Madagascar et Jean Laborde quitta la Grande Ile en 1857 pour se réfugier à l’Ile de la Réunion. Ses usines de Mantasoa furent détruites dès son départ. Il revint à Madagascar en 1861, après la mort de la reine et fut nommé premier Consul de France à Antananarivo.

Le 27 décembre 1878, Jean Laborde mourut à Antananarivo. Ses funérailles furent fastueuses et sa dépouille fut enterrée à Mantasoa, dans le tombeau qu’il avait édifié de son vivant, selon la coutume malgache.